« On s’appelle comme on s’appelle (MTL 24/24) parce qu’on veut une ville qui vivrait 24 heures, mais aussi une ville capable d’administrer la nuit, de mitiger certaines activités perçues comme nuisibles, dit-il. Du bruit, il y en a le jour aussi. Nous, on pense qu’il y a une façon de faire autrement. On veut être les médiateurs, les traducteurs des besoins de l’existence et des activités nocturnes légitimes. »

https://www.ledevoir.com/culture/581308/la-nuit-transfiguree